Le problème du logement de 1954 à aujourd’hui

La situation

En 1954 lorsque l’Abbé Pierre lança son appel en faveur des démunis, plus de quatre logements sur dix n’avaient toujours pas d’eau courante , un quart à peine était équipé d’un w.c intérieur , 10% seulement disposaient d’une douche ou d’une baignoire. Cela est dû à l’entre-deux guerres en particulier durant la grande dépression des années trente.

la réaction de l’État

Quelque temps après cet hiver le gouvernement élabore en toute hâte un plan d’urgence pour construire des logements mais cela ne suffit pas, des lois sont donc mises en place. Ces lois ont pour but d’ interdire l’expulsion des personnes pendant les long mois d’hiver. En voici quelques unes :
la loi dite Aubry du 29 juillet 1998 contre l’exclusion a instauré le régime de la trêve hivernale, qui interdit toute expulsion entre le 1er novembre et le 1er mars.
le 5 mars 2007, le droit Dalo : qui oblige l’État à garantir un logement décent à toute personne (française ou étrangère) qui n’est pas en mesure de se loger par ses propres moyens.

Le logement aujourd’hui :

Cinquante ans après l’appel de l’Abbé Pierre le 1er février 1954, la situation du logement en France reste une préoccupation majeure. La fondation pour le logement des défavorisés dresse un tableau très critique du logement social en France. Des foules d’hommes et de femmes vivant dans notre pays, ne disposent pas d’un logement. Le « mal logement » – habitat inconfortable, avec surpeuplement et précarité d’occupation – atteint environ 3 millions de personnes. Le « non-logement » des personnes à la rue, concerne selon l’Insee, 86 000 personnes, et ce chiffre ne prend pas en compte les sans-papiers et les demandeurs d’asile. A ces chiffres, il faudrait ajouter toutes les personnes hébergées à titre gracieux au sein d’un ménage, celles qui occupent un logement social en voie de démolition et qu’il faut reloger, celles qui habitent de manière précaire les meublés et chambres d’hôtels. La demande de logements sociaux est en forte croissance : 1,6 million de ces demandes sont aujourd’hui non satisfaites….

Le nombre de mal-logés ne cesse en effet d’augmenter, touchant de plus en plus de ménages. Résoudre la crise du logement est aujourd’hui une cause nationale, les discours volontaristes se développent ainsi que les annonces plus au moins spectaculaires pour défendre les sans-abris. De plus, les associations ne cessent de lutter contre le mal logement, les Enfants de Don Quichotte ou d’autres associations en sont la preuve.

tente_seine

Cindy L.

Leave A Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.