Le combat politique de Nelson Mendela

J’ai combattu contre la domination blanche et j’ai combattu la domination noire. J’ai chéri l’idéal d’une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient ensemble en harmonie et avec des chances égales. C’est un idéal que j’espère vivre pour et à atteindre. Mais s’il le faut, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir.

Voici le discours que Mandela a prononcé pendant son combat pour avoir la suppression de l’ apartheid et une politique où tous sont égaux.

Un homme prêt à tout pour venir a ses fins :

Né dans un village d’Afrique du Sud en 1918 et diplômé de droit en 1942, il a consacré sa vie à la défense de la liberté du peuple noir. Mandela s’est battu politiquement au sein du Congrès National Africain. Dans son combat pour la liberté, il s’ est opposé au gouvernement d’ apartheid ( qui veut dire  » vivre à part  » en afrikaner) qui est une politique raciste basée sur la supériorité des Blancs. C’est en 1948, suite à l’élection du Parti national, que l’apartheid entre pleinement en vigueur en Afrique du Sud, a ce moment Mandela fait parti du comité de direction de la ligue jeunesse du Congrès National Africain, qui est une ligue fondée en avril 1944 et prend modèle sur la politique de non-violence développée par Gandhi en Inde.

Son combat commence :

En 1950, Nelson Mandela rédige un tract pour promouvoir une journée nationale de protestation. Dans ce document, il affirme qu’il faut lutter pour la liberté et qu’il vaut mieux mourir pour cette cause que vivre comme des esclaves. Enfin, la même année, Mandela est élu au poste de président de la ligue jeunesse du Congrès Africain. Il se bat aussi (en 1995) auprès de Desmond Tutu , contre la peine de mort .

Mandela combat surtout pour la justice, les droits de l’ hommes universels, la paix et la lutte contre la pauvreté.

Il faut dire qu’il a consacré sa vie à consacré sa vie à une liberté de tous et un meilleur monde .

Un combat dur qu ’il surmonte :

En 1951-1952, il est le chef de la  » campagne de défis « , une protestation contre les lois racistes ; c’ est a ce moment que Mandela est emprisonné et reçoit l’interdiction d’ assister à des rassemblements publics. En effet, en novembre 1952, une proclamation gouvernementale interdit les réunions de plus de dix Africains. De plus, au printemps de l’année suivante, l’instauration du Criminal Amendment Act permet de condamner les manifestants à être fouettés.

Mandela est de nouveau arrêté en 1956, en même temps que les dirigeants des autres mouvements anti-apartheid. Accusés de haute trahison, tous ces hommes sont acquittés en 1961. Entre-temps, Mandela organise une manifestation, qui a lieu le 21 mars 1960. Cette manifestation est connue dans le monde sous le nom de Massacre de Sharpeville car, à cette occasion, la police tire sur une foule de cinq mille personnes et en tue soixante-neuf. Une semaine plus tard, le gouvernement vote le Unlawful Organisations Bill, qui permet d’interdire le parti politique auquel Mandela appartient.

Recherché par le gouvernement, Nelson Mandela entre dans la clandestinité en 1961 et crée Umkhonte we Sizwe, « le fer de lance de la nation ».

L’année suivante, le gouvernement trouve Mandela et le condamne à cinq ans de travaux forcés pour avoir quitté le pays illégalement et avoir incité la population à faire la grève. En 1962 , il est condamné à perpétuer , il poursuit ses actions depuis sa cellule ,devenant le symbole du combat contre l’ apartheid. En 1963, lorsque certains documents qui confirment l’existence de Umkhonte we Sizwe sont découverts, le gouvernement arrête la plupart des dirigeants de l’ANC. Pour une nouvelle fois accusé de haute trahison, Mandela affirme : « Au cours de ma vie, je me suis entièrement consacré à la lutte du peuple africain […]. Mon idéal le plus cher a été celui d’une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient en harmonie et avec des chances égales ». En 1964, Nelson Mandela se voit condamné à une peine de prison. Il n’en sortira que vingt-six ans plus tard, en 1990. Pendant ce temps en 1975, l’Angola est le Mozambique accèdent à indépendance . En 1976, les émeutes de Soweto, banlieue de Johannesburg à forte majorité de noire , et la répression qui s’ ensuit, étendent la contestation à l’ensemble du pays. La communauté internationale, sous impulsion des Nations Unis, condamne de plus en plus ouvertement le régimes sud africains et tente, en le sanctionnant de différente manière, d’ infléchir sa politique .

Sa victoire arrive enfin !!

C’est la libération de Nelson Mandela par le président Frederik De Klerk qui ouvre la voie à la collaboration entre les dirigeants blancs et la population noire d’Afrique du Sud. En effet, en 1991, alors que le parti de l’ANC est redevenu légal, Mandela en est élu président. De plus, en 1990, les deux hommes négocient la fin de l’apartheid. Cette collaboration leur vaut de recevoir conjointement le prix Nobel de la paix en 1993. En 1992, les dernières lois racistes sont révoquées. La même année, De Klerk et Mandela s’unissent à nouveau alors qu’ils créent une assemblée constitutionnelle.

Cette dernière se voit confier le mandat de rédiger une nouvelle constitution et de servir de gouvernement transitoire. Cette transition prend fin le 27 avril 1994, quand les premières élections libres sont remportées par l’ANC, qui obtient 62% des voix. Mandela devient alors le premier président de la République Sud Africaine post-apartheid, poste qu’il occupera jusqu’en 1999. Le soir de son élection, le nouveau dirigeant déclare :

« Nous avons seulement atteint la liberté d’être libres […] car être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes, c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres ».

La lutte pour la liberté de son peuple a donc amené Nelson Mandela à s’opposer au gouvernement apartheid, ce qui lui a valu plus de vingt-six ans d’emprisonnement. Cela ne l’a pas empêché de continuer le combat après avoir été remis en liberté. De plus, même s’il n’est plus président de l’Afrique du Sud et qu’il s’est retiré de la vie politique active, Mandela est encore une figure marquante sur le plan international. Ainsi, en juillet 2005, l’UNESCO l’a nommé Ambassadeur de bonne volonté afin de souligner son combat pour la liberté.

Sources : ?

(vraisemblablement : http://www.zombiemedia.org/spip.php?article373)

mis en ligne par : Laura C.

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *